LA LAURÉATE DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE 2021. De la viande anodine au récit épique. Entretien de Lucie Rico avec Hannah Cornelus autour du « Chant du poulet sous vide »

LA LAURÉATE DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE 2021. De la viande anodine au récit épique. Entretien de Lucie Rico avec Hannah Cornelus autour du « Chant du poulet sous vide »

“Le point de vue moraliste, je m’en méfie, même s’il peut donner des livres intéressants, il a rarement un impact sur moi. J’ai l’impression de lire quelque chose qui ne me concerne pas. Il me semblait important que le lecteur puisse faire un chemin avec le livre qui ne se ferme pas et appelle à être prolongé.”

LA SÉLECTION 2021 DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (5). La mémoire des lions. Entretien de Colin Niel avec Sara Buekens autour d’ “Entre Fauves”

LA SÉLECTION 2021 DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (5). La mémoire des lions. Entretien de Colin Niel avec Sara Buekens autour d’ “Entre Fauves”

En matière de chasse aux trophées, le sujet central du livre, je crois que la prise de conscience est déjà là, que chacun a déjà son avis sur la question, souvent très tranché. Cette conscience écologique, j’aurais tendance à la considérer comme un préalable au livre. Je pense plutôt me situer après.

LA SÉLECTION 2021 DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (3) «L’âge du vent, de l’eau, du soleil». Entretien de Serge Joncour avec Riccardo Barontini autour de “Nature Humaine”

LA SÉLECTION 2021 DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (3) «L’âge du vent, de l’eau, du soleil». Entretien de Serge Joncour avec Riccardo Barontini autour de “Nature Humaine”

« Cet an 2000 marque comme une borne, l’entrée progressive dans une nouvelle ère qui devrait être celle de la réconciliation avec notre environnement, c’est souhaitable. Après l’âge du fer, du bronze, de la pierre, il y aura peut-être l’âge du vent, de l’eau, du soleil. Cette entrée dans le troisième millénaire je la ressens comme un carrefour. Peut-être parce que j’y vis. Peut-être pas seulement. »

LA SÉLECTION DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (2) Enquête et poésie pour nourrir l’imaginaire écologique. Entretien de Luc Bronner avec Sara Buekens autour de “Chaudun, la montagne blessée”

LA SÉLECTION DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (2) Enquête et poésie pour nourrir l’imaginaire écologique. Entretien de Luc Bronner avec Sara Buekens autour de “Chaudun, la montagne blessée”

C’était une façon de dire la place modeste de l’homme face à la nature – l’écologie commence là, je crois. C’était aussi un hommage à la beauté des paysages. Cela ne signifie pas, pour autant, que la nature ne soit pas brutale, injuste.

Pin It on Pinterest