Literature, Environment and Ecology

News

LA LAURÉATE DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE 2021. De la viande anodine au récit épique. Entretien de Lucie Rico avec Hannah Cornelus autour du « Chant du poulet sous vide »

“Le point de vue moraliste, je m’en méfie, même s’il peut donner des livres intéressants, il a rarement un impact sur moi. J’ai l’impression de lire quelque chose qui ne me concerne pas. Il me semblait important que le lecteur puisse faire un chemin avec le livre qui ne se ferme pas et appelle à être prolongé.”

LA SÉLECTION 2021 DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (3) «L’âge du vent, de l’eau, du soleil». Entretien de Serge Joncour avec Riccardo Barontini autour de “Nature Humaine”

« Cet an 2000 marque comme une borne, l’entrée progressive dans une nouvelle ère qui devrait être celle de la réconciliation avec notre environnement, c’est souhaitable. Après l’âge du fer, du bronze, de la pierre, il y aura peut-être l’âge du vent, de l’eau, du soleil. Cette entrée dans le troisième millénaire je la ressens comme un carrefour. Peut-être parce que j’y vis. Peut-être pas seulement. »

LA SÉLECTION 2021 DU PRIX DU ROMAN D’ÉCOLOGIE (1). La vie aux aguets versus le calme inspiré par les marées. Entretien de Mireille Gagné avec Hannah Cornelus autour du «Lièvre d’Amérique»

“La nature occupe une place prépondérante dans mon roman comme dans tous mes écrits, même en poésie. Je trouve intéressant d’analyser le rapport de l’humain à la nature, de la bête à l’humain. J’aime cet effet de miroir que projette la nature sur soi. Devant elle, on ne peut plus se mentir. Il n’y a aucun masque qui tienne.”

Le montagne che abiti: il “nuovo selvatico” fra montagna e città. Irene Cecchini dialoga con Paolo Cognetti

“Il ragazzo selvatico è un “nuovo selvatico”: come dicevamo è uno che va in montagna per scelta, dopo un percorso culturale. Magari è laureato e ha lasciato un buon lavoro in città. È più vicino a Thoreau che ai montanari di Revelli. Non so dire che cosa ne sarà di quest’omo servadzo o di questa fenna servadza, ma li osservo con molto interesse e faccio il tifo per loro.”

THE WORD OF THE MOMENT

 

TIDE 

What was happening here, I realized, was that the wheel of time was spinning too fast to be seen. In other places it took decades, even centuries, for a river to change course; it took an epoch for the island to appear. But here, in the tide country, transformation is the rule of life: rivers stray from week to week, and islands are made and unmade in days. In other places forests take centuries, even millennia, to regenerate; but mangroves can recolonize a denuded island in ten to fifteen years. Could it be that the very rhythms of the earth were quickened here so that they unfolded at an accelerated place?

Amitav Ghosh, The Hungry Tide, London, The Borough Press, 2005, p. 224. 

Pin It on Pinterest